glossier : qu’est-ce que j’achète ?

A moins de vivre dans une grotte coupée de tout wifi, impossible d’être passée à côté du raz de marée glossier. Lancée par Emily Weiss (créatrice du blog Into The Gloss) il y a maintenant 3 ans c’est la marque de cosmétiques dont tout le monde parle. Y compris ceux qui n’ont jamais eu les produits entre les mains. Car une grande partie de l’excitation autour de la marque tient au fait que pendant trois ans elle n’était disponible qu’aux Etats-Unis. Et que nous sommes donc nombreuses à avoir missionnés des amis de passage à NYC afin qu’ils remplissent leurs valises de ces tubes rose pastel. La bonne nouvelle c’est que glossier arrive petit à petit du côté de chez nous. Depuis 15 jours la marque est vendue au UK et arrive début 2018 en France. En attendant, les parisiennes peuvent déjà trouver les produits de la marque chez Colette (jusqu’en décembre 2017, date à laquelle le célèbre concept store parisien fermera ses portes.). Glossier a tout compris des codes de la beauté à la française, c’est très « less is more » et « moi en mieux ». En trois ans, j’ai déjà testé une grande partie de la gamme glossier et voici les produits qui selon moi valent la peine, l’attente et la dépense !

CRAQUEZ LES YEUX FERMÉS…

  • Le stretch concealer. Le premier produit que j’ai acheté dès sa sortie il y a 2 ans et que j’utilise quotidiennement depuis. Je l’adore en anticernes car il couvre mes cernes (légères certes) tout en restant lumineux et sans marquer les petites ridules. Et il porte bien son nom car une très petite quantité suffit et la texture stretch fait qu’il se travaille vraiment bien. Je porte la teinte light.  Par contre en correcteur pour mes rougeurs et autres petites imperfections je ne le trouve pas suffisamment couvrant et je lui préfère celui de Nars par exemple.
  • Le boy brow. Un mascara sourcils qui teinte et fixe sans effet carton. J’utilise la teinte blonde en complément de mon crayon bobbi brown (indispensable pour combler les petits manques car le mascara ne suffit pas). Je viens de m’acheter la teinte clear et je dois avouer que je suis un peu moins convaincue car contrairement à d’autres mascaras à sourcils il n’est pas transparent mais blanc. Et je trouve que ça se voit et ça à tendance à éclaircir un peu les sourcils. Donc je vous conseille plutôt d’opter pour les version teintées.
  • Les cloud paints. Ce sont des blushs liquides en petits tubes comme ceux que l’on utilisait en cours d’art plastiques à l’école. Et là le makeup devient aussi facile qu’un jeu d’enfants car c’est vraiment impossible de se louper avec. La texture est ni trop liquide ni trop crémeuse et se fond complètement dans la peau (je l’applique au doigt c’est le plus simple). Je les adore car ça ne colle pas du tout et ça laisse juste un voile de couleur qui peut s’intensifier selon le résultat souhaité. J’en ai acheté trois (puff, dusk et beam) que je mixe entre eux selon mon envie du jour !
  • Les soins corps Body Hero. Le duo comporte une huile de douche lavante et une crème hydratante. J’avoue que j’ai acheté ces deux produits sans même les sentir ni avoir aucune info sur leurs propriétés. C’est la campagne de pub mettant en avant des femmes différentes des stéréotypes habituels qui m’a intriguée avant tout. Grosse surprise lors du premier test : c’est exactement le même parfum que celui des soins Bonpoint (du néroli, miam !). Comme mes gel douche se vident à une vitesse folle (merci les enfants qui font de la mousse de luxe pour leur bain…!) je ne pense pas racheter l’huile (dans le même style et moitié moins chère, l’huile lavante d’uriage est très bien) par contre j’aime bien le fait que le lait corps soit hydratant mais pas collant du tout. Et il laisse un joli fini satiné sur la peau surtout quand il est appliqué sur une peau encore légèrement humide.
  • Les Generation G. Ce sont des baumes à lèvres teintés mats. Si vous me suivez depuis un moment vous savez que sur mes lèvres c’est un peu tout ou rien : soit un baume lèvres nude soit un rouge mat bien vif. Le Generation G c’est le produit qui fusionne tout ce que j’aime pour un effet lèvres teintées sans matière. Je le travaille au doigt pour un effet flou façon lèvres mordues. Seul bémol, ils ont tendance à vraiment dessécher les lèvres.

POURQUOI PAS MAIS IL Y A MIEUX…

  • Le skin tint. Un fluide teinté que je trouve complètement invisible. Et donc sans grand intérêt. Même sur leurs vidéos de démo je ne vois pas la différence avant/après. Il y a des crèmes hydratantes teintées qui unifient mieux tout en restant très naturelles (je pense à celles de It Cosmetics, Laura Mercier, Bare Minerals ou Bobbi Brown).
  • Les baumes à lèvres. Sur le moment on a l’impression d’avoir les lèvres hydratées mais finalement il faut en remettre assez régulièrement et sur le long terme je n’ai pas le sentiment que mes lèvres se réparent vraiment. Niveau texture, ça me rappelle un peu l’homéoplasmine.
  • Les soins visage. Le « claim » de glossier c’est skin first. En gros, pensez à votre peau avant de penser au reste. Ce avec quoi je suis complètement en phase mais force est de reconnaître que la gamme visage s’adresse avant tout à des peaux sans aucun problème spécifique. Le gel nettoyant (Milky Jelly Cleanser) qui peut s’utiliser sur peau sèche ou humide m’irrite la peau sans forcément bien la démaquiller et la crème hydratante n’est pas suffisante pour ma peau mixte déshydratée.

Je n’ai pas testé l’highlighter haloscope car j’en porte très peu (et quand j’en porte j’ai celui de RMS que j’adore ainsi que le Morning Aura d’Estee Lauder), ni les masques et sérums visage (le Super Pure m’intéresse, il paraît qu’il est très efficace pour traiter les petites imperfections hormonales). En ce moment je teste la poudre wowder que je me suis achetée le mois dernier. C’est une poudre teintée de finition qui unifie et matifie. Je suis encore partagée et préfère continuer à la mettre à l’épreuve avant de me prononcer. Je ferai un edit de ce post d’ici quelques semaines. Prochain craquage annoncé…le parfum intitulé « Glossier You » et qui sort d’ici quelques jours. Il paraît qu’il sent le propre, il n’en faut pas plus pour éveiller ma curiosité !

photos : Anne Lemaître